Women seeking reel men for sex today pretoria

10-Aug-2020 04:52 by 2 Comments

Women seeking reel men for sex today pretoria - Massive adult chat

Procès Oscar Pistorius, la face cachée d’un demi-dieu Mark Seal Vanity Fair June 2013 Pour avoir réussi à participer aux Jeux olympiques avec des jambes artificielles, Oscar Pistorius était une star et un exemple.Depuis le meurtre de sa compagne, le monde découvre la part sombre du héros.

Un quart d’heure après cet appel nocturne, Hilton Botha était au domicile de Pistorius, à Silver Woods Country Estate, une enclave résidentielle sous haute sécurité de Pretoria, la capitale de l’Afrique du Sud.

La thèse du cambrioleur Botha insiste : « Il est exclu qu’il ait pu se produire autre chose. » Botha se rendit ensuite dans le garage : Pistorius, dont la chemise et le short étaient maculés de sang, portait ses prothèses aux jambes, assis sur un banc de musculation, au milieu de son matériel d’entraînement. Il y avait du sang partout, mais rien sur ses mains. » Tout trahissait l’homicide volontaire, assure l’inspecteur.

Il n’y avait qu’eux dans la maison et, d’après tous les registres de la sécurité, elle y était depuis deux ou trois jours. Le seul accès possible était la fenêtre ouverte de la salle de bains et nous avons tout fait pour voir si quelqu’un était passé par là. Nous lui avons demandé : “Vous vous êtes lavé les mains ? Pourquoi un cambrioleur irait-il s’enfermer dans les toilettes ?

Dans le café, Botha s’accroupit devant moi pour exposer sa thèse : la jeune femme se serait réfugiée à l’intérieur des toilettes, en croisant les bras, ce qui expliquerait pourquoi une balle avait transpercé les doigts avant de pénétrer dans le bras.

Une autre l’avait atteinte à l’oreille droite, une troisième à la hanche.

Ce genre de choses arrive hélas toutes les huit heures en Afrique du Sud.

Il s’agit même de la principale cause de mort violente chez les femmes. J’ai donc dit à mon supérieur : “Vous lui avez lu ses droits, vous devez l’arrêter”.

Vendredi 12 septembre, à la suite d’un long et médiatique procès, le verdict, clément, tombe : Oscar Pistorius est reconnu coupable d’homicide involontaire, la juge ayant écarté la préméditation et le meurtre.

En Afrique du Sud, Mark Seal avait recueilli pour Vanity Fair les confidences du premier enquêteur chargé de l’affaire et remonté le cours des événements jusqu’à la nuit fatidique.

« Je l’ai trouvée au pied de l’escalier, recouverte de serviettes, baignant dans une mare de sang », confie Botha.

Quelques minutes après les coups de feu, Pistorius téléphona au responsable de la résidence pour le prier d’appeler une ambulance.

Et à l’heure où après les frasques de Tiger Woods et les mensonges de Lance Armstrong, l’équipementier sportif américain Nike qui l’avait affublé du slogan presque prémonitoire et en tout cas morbide de « balle dans le canon d’un pistolet » s’est enfin décidée à le retirer de ses campagnes …